• Malgré les verrous

    Prison ruinéeLa prison est un lieu de réalité brutale. Un espace clos où l'on endure le manque et affronte le vide. Un trou noir creusé pour mettre en lumière des crimes et des délits.  Une mise sous scellé qui n'éclaire pas forcément la vie des victimes ni celle des malfaiteurs.

    Dans un opuscule d'une quarantaine de pages, Brigitte Brami nous dit que l'on se fait quelques fausses idées sur la prison. C'est toujours compliqué d'exister entre des murs. On est prévenu de rien et quand on vient à s'interroger ce ne sont pas forcément des questions attendues qui viennent à l'esprit. Pourquoi le soleil ne se lèverait-il pas sur les espaces en jachères ? Un détenu ne ferait-il bouillir ses pensées que dans l'encre rouge ? Y aurait-il dans les maillons de la chaine une sécurité ultime pour retirer ses ailes à un regard ?

    Brigitte Brami passe outre le ressentiment et même l'injustice pour essayer de dire en quoi l'enfermement lui a ouvert des perspectives et comment celles-ci lui ont permis d'occuper de temps en temps une autre place que celle qui lui était assignée. C'est que l'on y fait des rencontres, nous dit-elle, de ces rencontres qui réveillent le désir de vivre et de partager ce qui échappe au carcan comme le sentiment amoureux. Mises à l'ombre, les détenues changent carrément de visage.  

    Bien sûr, les esprits s'y échauffent pour un oui ou pour un non. Un regard en coin, un mot de travers, une mauvaise adresse suffisent à briser l'inquiétante tranquillité des murs.  De petites broutilles dont on fait un usage immédiat quand les petites astuces de survie n'accrochent plus rien, quand on se sent davantage privé d'humanité que de liberté. Le déchaînement rassemble aussi. Il renforce, éclaircit l'esprit, permet d'écrire des poèmes à une perle noire effleurée le temps de la promenade, de demander la lune à sa bien-aimée. Il n'y a pas de fées dans les prisons mais on y fait des rencontres qui ont la saveur effrayante et merveilleuse du conte.

    Ce livre n'est pas un état des lieux et s'il évoque les histoires d'amour en prison c'est à travers le voyage d'une détenue vers une autre. C'est un manifeste sur l'art d'ébranler la contrainte par corps. Page après page, l'effet de délivrance est palpable. Avec des mots qui cognent de l'intérieur, l'auteure se libère de ce qu'elle a appris pour mieux se remplir de l'inconnu, elle révèle des femmes en pleine joie, dévoile des mains qui adoucissent et souffle sur des lèvres qui transpirent de plaisir.

    La prison ruinée de Brigitte Brami aux éditions Indigènes,  40 pages, 3€


  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 00:18

    Bien noté, Brigitte. Je connais quelques personnes (y compris moi) qui seraient intéressées. Je vais donc écumer le panier à linge et le frigo pour essayer de retrouver le fichu carnet de chèques. Peut-être aussi mon bureau, mais ça, c'est en dernier recours, parce que ça craint.

    2
    brigitte brami
    Samedi 23 Août 2014 à 18:17

    Bonjour, et après quelques siècles de retard je tiens à remercier chaleureusement l'auteur de cet article que je commente. De façon concise et précise il en a tiré la moelle substentielle. Encore merci.
    La Prison ruinée va être désormais très difficile à se procurer dans ses lieux de vente habituels; y compris en ligne.
    Il est ainsi fort probable qu'on vous invoque : une rupture de stock chez l'éditeur, ou selon la formule consacrée : indisponible temporairement chez l'éditeur
    La Prison ruinée contre toute attente a été bien vendue, très bien vendue : à 4111 exemplaires en un peu plus de quatre mois, et cela UNIQUEMENT grâce au bouche oreille, c'est-à-dire grâce à VOTRE bouche et à VOS oreilles. Je tiens à vous en remercier ici chaleureusement vous toutes et tous.
    L'aventure ne s'arrête pas là : Si vous désirez vous procurer un ou plusieurs exemplaires de La Prison ruinée, vous pouvez adresser un chèque (à mon nom) de quatre euros et 50 C. (4E50) pour chaque exemplaire, frais de port compris ( pour la France )à l'adresse suivante :
    Brigitte Brami
    1, rue Vidal de la Blache
    75020 PARIS
    Ne vous inquiétez pas c'est une adresse administrative et non domiciliaire !
    Je compte sur vous pour poster, envoyer aux sites, blogs, listes de contacts, presse, etc., cet événement.
    Merci d'avance,
    Et encore pardon pour les potentiels doublons !
    Brigitte BRAMI
    brigittebrami@yahoo.fr
    Tél. 06 49 35 99 78            TROIS LIENS QUI LIBÈRENT... :
    http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr/archive/2011/07/18/la-prison-ruinee-brigitte-brami.html
    http://www.facebook.com/laprisonruinee#!/pages/LA-PRISON-RUINEE/214043171941570
    http://www.facebook.com/laprisonruinee#!/event.php?eid=133423576743834

    3
    brigitte brami
    Samedi 23 Août 2014 à 18:17

    Merci bien. B.B.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :