• A bout de souffle

    Reproduction-copie-1.jpg

    Depuis toujours la poésie est source de vie, Lambdum Kagibi  nous le rappelle sans ambages...

     

    La Reproduction

    (Hommage à Pierre Bourdieu)

     

     

    Après long temps, lorsqu’enfin,

    dans la chambre d’hôtel,

    parvenant à mes fins,

    j’immolai sur l’autel

    d’un lit à sommier un peu grinçant

    la pudeur de Lili, une riche héritière,

    je me vis déjà consort puissant.

    Nous ahanions jusqu’alors de concert,

    quand un blanc râle à elle plus sourd,

    à contretemps, gorgé, (si lourd,)

    la meute a capella me fit trop tôt lâcher,

    impromptue, sans que je puisse vraiment l’en empêcher.

    Et l’hallali fût si hâté

    que la meilleure part du morceau

    elle n’eût point l’heur de tâter.

    Lors je m’abandonnai, brie de Meaux

    trop fait, sur elle frustrée,

    la laissant toute transie,

    en état de choc, claquant des

    dents et fort marrie,

    impatiente, désespérée,

    de rebomber ce soufflé

    qui n’était que trop retombé.

    Belle, en colère, sans retenue,

    elle s’est dépêtrée, folle, de moi,

    et s’est dressée tout- à- fait nue

    pour me faire part de son émoi.

    Elle aboie, elle larmoie.

    « Et moi! Et moi! Et moi! »

    Crise d’hystérie

    véritable sortie

    sur cette injuste noce

    cet abandon précoce...

    Je, aveugle sot-l’y-laisse,

    l’entendais soliloquer.

    Des détails je vous fais grâce.

    Adieu la dot hélas!

     

    Puisqu’il n’est pas permis vraiment de rater son péché

    - si près du but avoué c’est péché plus mortel -

    sans m’excuser jamais d’avoir été si empêché,

    elle en épousa un autre, plus héritier qu’elle.

    Elle lui a dit oui sans essai. Témoin je me suis tu.

    Ainsi va le beau Monde, qui peu ou prou se perpétue.

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Novembre 2011 à 18:54

    dans un lit, avec une coquine,

    je pensais à la lutte des classes 

    qui permet, je vous l'affirme,

    de baiser sans faire de casse!

    Inutile de préciser que je suis marxiste,

    tendance Groucho et pas sexiste....

    2
    X le
    Samedi 23 Août 2014 à 18:15

    Nul doute que la belle

    De son erreur revenue

    Oublia fort d'être fidèle

    Après d'autres déconvenues

    Et qu'elle prit des amants

    Quil lui firent passer le temps

    Quand son mari était absent.

    Où étiez-vous alors, cher impétrant?

    Proposâtes-vous vos services

    pour assouvir ses vices?

    En tout il faut de la constance

    Maîtriser ses impatiences

    Plutôt que d'accuser Bourdieu

    Quand on est un peu court au pieu,

    Cent fois sur le sommier

    Remettre son ouvrage,

    Ne pas se mettre en rage

    Et ne pas perdre pied

    Si par aventure

    ce qui est de Nature

    celle dont on est épris

    Ne l'a pas pris.

    Pour clôturer cet apologue

    Je suggère qu'au sexologue

    Vous confiez vos manquements

    En accuser un sociologue

    C'est en user injustement.

    Il vous dirait que, poète

    vous êtes fort bien équipé

    pour proposer d'autres fêtes,

    booster un peu vos amourettes

    par quelques vers dissipés.

    La libido est chose étrange

    Et femme qu'on appelle un ange

    Voit sitôt sa tension monter.

    Plus, si vous maîtrisez la langue

    Pourquoi ne pas l'utiliser

    Senso strictu? Trouvez la gangue

    d'où sourd le feu, sollicitez

    D'autres trésors que cette gaine

    Où votre épée vint s'émousser.

    Prenez le temps

    D'être un amant....

     

     

     

     

    3
    danielle Akakpo
    Samedi 23 Août 2014 à 18:15

    Jolie joute poétique!

    4
    lambdum kagibi
    Samedi 23 Août 2014 à 18:15

    Oh! Merci de tous ces bons conseils revigorants!

    Cependant, ce n'est pas tant le succès du déduit que j'ai regretté, mon cher X, que la dot, pensez : la dot!!

    Ceci dit, vous commettez un contresens plus grave lorsque vous m'accusez, par deux fois, d'accuser Bourdieu. C'est exactement le contraire. Il fut ma consolation. J'adhère désormais à sa célèbre thèse de la "reproduction sociale".

    5
    X le
    Samedi 23 Août 2014 à 18:15

    Certes vous l'avez pris comme rempart et "accuser" est faux. Sans doute est-ce moi qui l'accuse... Car cette conscience de classe aigüe n'a-t-elle pas joué un rôle dans ce fiasco en tant que prédiction négative? Ce qu'on redoute arrive... Les "Mémoires" de Casanova vous auraient peut-être été un meilleur livre de chevet....

    6
    lambdum kagibi
    Samedi 23 Août 2014 à 18:15

    Mais alors, c'aurait été une autre histoire, celle dont vous rêvez, un joli conte, Cendrillon peut-être.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :